Tu veux devenir expert-comptable. Mais est-ce que tu es sûr de ton choix ?

Tu vas sûrement me répondre “évidemment que oui !”. Tu te dis que tu as déjà le DSCG ou alors tu es en train de la passer. Alors pourquoi ne pas gravir la dernière marche de la filière d’expertise-comptable en passant le DEC et enfin devenir expert-comptable.

Mais est-ce que tu as bien réfléchi à cette décision ou l’as tu prise par défaut ?

Pour vérifier si ton écriture ta décision est équilibrée, je vais te montrer que la vie de l’expert-comptable est peut-être créditrice financièrement, mais qu’il y a d’autres aspects à prendre en compte. Puis je vais te proposer de réfléchir au type de vie que tu désires vraiment pour vérifier si elle solde bien ton écriture elle est phase avec les exigences du métier.

Être expert-comptable : il n’y a pas que l’aspect financier

Quand tu étais au lycée, tu as réfléchi à ton orientation, au métier que tu allais faire. Si tu lis cet article, c’est que tu as choisi la filière de l’expertise-comptable. Et plus précisément, le métier d’expert-comptable. Pour les avantages, tu as dû les trouver. Je n’ai donc pas besoin de te les rappeler. 😉

Par contre pour les inconvénients, j’en suis moins sûr.

Si tu es déjà salarié d’un cabinet d’expertise-comptable ou que tu y as déjà fait un stage, tu as côtoyé des experts-comptables (ou des chefs de mission).

Tu as dû remarquer que leur vie n’est pas toujours simple.

Comparés à de « simples » collaborateurs, ils (ou elles) passent beaucoup plus de temps au bureau et ils travaillent aussi chez eux.

Sans parler de la période fiscale, où ils peuvent carrément ressembler à des morts vivants tellement la charge de travail est trop importante. On a l’impression qu’ils n’ont pas de vie. 

Tu vas peut-être me dire que tu connais des experts-comptables qui sont tout le contraire (et que ce sont les collaborateurs qui subissent tout). Je pense que ce sont des exceptions. #NeBalancePasTonExpertComptable

#NeBalancePasTonExpertComptable

#NeBalancePasTonExpertComptable niekverlaan / Pixabay

Entendons-nous bien, je ne suis pas en train de dire que c’est bien ou mal de devenir expert-comptable (et chef de mission dans un premier temps). Je dis juste que tu as sûrement des rêves et qu’il est important que tu les connaisses pour vérifier que tu vas pouvoir les réaliser (même) si tu deviens expert-comptable (et que tu ne passeras pas à côté).

Maintenant que j’ai évoqué, ce qui est selon moi, l’un des facteurs principaux que certains préfèrent ne pas voir quand ils choisissent de devenir experts-comptables. Il est temps de se pencher sur tes rêves.

Introspection : C’est quoi tes rêves ?

Tu te dis peut-être que tu n’as pas le temps d’y réfléchir et que t’y penseras quand tu auras une meilleure situation (des revenus confortables, un certain patrimoine) et un plus de temps libre.

Sauf qu’en vérité, si tu ne t’obliges pas à le faire tout de suite, tu vas repousser ce questionnement à plus tard.

Jusqu’au jour où… tu auras 50 ans et que tu auras tellement tiré sur la corde que tu feras un burnout. Et là, tu seras obligé de réfléchir à ce qui est important pour toi.

N’attends pas qu’il soit trop tard ! geralt / Pixabay

Tu finiras par te dire qu’il n’y a pas que le travail dans la vie. Et tu vas te reconvertir en coach de bien-être pour alerter les gens sur ce fléau, t’accorder plus de temps et te reconstruire.

Maintenant, si tu décides de réfléchir à ce qui compte pour toi, mais que tu ne sais pas par où commencer.

Quel est le lien entre la vie et une échelle ?

Je te propose un exercice qui devrait t’y aider. Il est tiré du livre « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » de Stephen R. Covey.

Mais avant, je vais t’expliquer l’analogie que fait l’auteur entre la vie et le fait de grimper une échelle.

Stephen R. Covey considère que vivre sa vie revient à grimper une échelle. Et que cette échelle est posée contre un mur (qui correspond à l’objectif qu’on se fixe).

Souvent, quand on est jeune, notre objectif principal est de développer sa carrière en essayant de gravir les échelons le plus rapidement possible pour devenir associés ou être expert-comptable à son compte. Et au passage, augmenter sa rémunération pour développer son patrimoine et assurer sa sécurité financière.

Mais en arrivant en haut de l’échelle (de la vie), on se rend compte que l’échelle était posée contre le mauvais mur (la carrière). Et que cela se fait au détriment d’autres aspects de notre vie (famille, amis, loisirs…) qui étaient tout aussi importants voir plus.  Finalement, on aura l’impression d’avoir gâché notre vie (sauf qu’il sera trop tard)…

T’es déjà là-haut… White77 / Pixabay

Donc avant de grimper l’échelle (de la vie), vérifie qu’elle est posée contre le bon mur !

Et que tu n’es pas en train de négliger quelque chose d’important dans ta vie.

L’exercice pour découvrir ce qui compte pour toi

Passons à l’exercice, voici l’extrait du livre qui te le présente :

« Vous assistez à l’enterrement d’un être cher. Vous vous rendez en voiture au dépôt mortuaire ou à la chapelle. Vous garez votre voiture, vous en sortez. Vous entrez dans le bâtiment et vous remarquez les fleurs, vous entendez les orgues qui jouent doucement. Vous voyez les visages de la famille et des amis. Vous ressentez la peine, partagée par tous, d’avoir perdu quelqu’un, la joie aussi d’avoir connu cette personne.

Vous vous avancez dans la pièce et, lorsque vous vous penchez sur le cercueil, vous vous trouvez face à vous-même. En fait, c’est à votre propre enterrement que vous assistez.

Toutes ces personnes vous rendent hommage, vous expriment leur amour et vous disent comme elles vous ont apprécié. Au cours de la cérémonie, quatre d’entre elles parleront ; la première appartiendra à votre famille, un parent venu de loin pour vous. La deuxième est un de vos amis. La troisième travaillait avec vous, ou exerçait la même profession. Enfin, la quatrième appartient à votre communauté religieuse ou à une association dans laquelle vous avez été actif.

Maintenant réfléchissez bien. Que voudriez-vous que chacune d’entre elles dise de vous ? »

À toi de jouer !

Vas-y, ne te censure pas ! Free-Photos / Pixabay

Quelques minutes après…

Un petit débriefing

Au départ, je pensais partager mes « objectifs » suite à cet exercice.

Après réflexion, je pense que ce sont des éléments personnels qui ne t’apporteront rien.

Pire, ça risque de t’influencer alors qu’à mon avis le but de cet exercice est d’aller creuser au fond de soi-même pour découvrir TES objectifs, ceux qui te font vibrer. Pas ceux qui plairont aux autres.

J’espère que cet article t’a permis d’avoir une vision claire de ce qui compte pour toi et de l’équilibre que tu dois trouver entre ton travail et le Reste (avec un grand R).

Si cet article t’a plu et que tu souhaites recevoir d’autres conseils de ce genre, inscris-toi à ma newsletter ci-dessous.   

Share This